Colloque international « médias et réseaux sociaux numériques en ce début du 21ème siècle »

Colloque international « médias et réseaux sociaux numériques en ce début du 21ème siècle »

Coordination : Alain Kiyindou, Université Bordeaux – Montaigne, Catherine Ghosn, Université Toulouse 1 Capitole et Université Toulouse III – Paul Sabatier et Vindicien V. Kajabika, IUT de Montreuil – Université Paris 8

IUT de Montreuil, 8 rue Anatole France 93100 Montreuil, le 16 juin 2017 de 9h à 18h30

Se situant dans le champ des recherches sur la communication médiatique et électronique, ce colloque international est essentiellement focalisé sur les nouvelles dynamiques médiatiques nées suite au développement des technologies de l’information et de la communication aux prises prioritairement et essentiellement dans les nouveaux médias en phase avec l’usage sociétal très prononcé de l’Internet. L’objectif de ce rendez-vous international est de rendre compte des prolongements et/ou des mutations en vigueur, entre autres et primordialement, dans les usages et pratiques médiatiques socialisées utilisant la connexion Internet pour accélérer et approfondir l’interactivité avec le public et occasionnant, par cette situation, de nouvelles synergies culturelles et sociales notamment.

De fait, il y a lieu de noter que dans de nombreux pays, aussi bien développés qu’en voie de développement, de nombreux obstacles et contraintes aussi bien politiques, institutionnels, sociaux, culturels, économiques que techniques continuent de peser sur le développement des médias classiques, à savoir : télévision, radio et presse écrite papier. Puisque ces médias classiques jouent encore un rôle non négligeable dans les médiations sociales et sont considérés comme outil privilégié d’information, d’accès à la place publique, de médiation, de débat politique et de mobilisation citoyenne, d’après S. Livingstone et P. Lunt (1994) et G. Lochard et Jean-Claude Soulages (1994), on peut se demander dans quelle mesure ces rôles et missions médiatiques se retrouvent considérablement amenuisés par la force des contraintes.

En même temps, l’essor de l’Internet et, par voie de conséquence, des médias et réseaux sociaux a, d’une certaine manière, transformé profondément les usages médiatiques dans le monde. En l’occurrence, Internet facilite les mobilisations citoyennes en introduisant dans l’espace public des questions sociales oubliées par les médias classiques, à en croire W. Lance Bennet et Alexandra Segerberg (2012). Il permet, ajoute Stéphanie Wojcik (2011) aussi l’inclusion de nouveaux participants habituellement écartés de la participation. Internet, en outre, modifie ostensiblement les relations, le pouvoir, l’action et les médiations rendant possible un nouvel ordre social, politique et démocratique (Postzer, 2007 ; Cardon, 2010).

Plusieurs recherches traitent des évolutions médiatiques en ligne et hors ligne en Europe occidentale et dans les pays anglo-saxons. Mais c’est surtout pour comprendre les dynamiques médiatiques favorisées par l’usage et le fonctionnement de ces nouveaux médias et réseaux sociaux en ligne que ce colloque international voudrait suggérer des réflexions et analyses qui vont approfondir aussi les questions liées au fonctionnement authentique de ces nouveaux réseaux et médias par rapport aux médias classiques. Et par conséquent exploiter les avantages et/ou les inconvénients résultant de l’exploitation que l’on fait des médias et réseaux sociaux numériques, d’une part. C’est ce qui constituera l’axe 1 de ce colloque. S’agissant de l’axe 2, il sera question d’analyser les genres médiatiques en lice dans le fonctionnement de ces médias et réseaux sociaux en ligne. Il pourrait s’agir tout aussi bien de nouveaux genres ou alors des avatars des genres préexistants. D’autre part, dans le troisième axe, une attention particulière sera consacrée aux nouvelles dynamiques médiatiques nées de l’exploitation, du fonctionnement et du développement de ces médias et réseaux sociaux numériques dont l’exploitation occasionne depuis quelques années de nouveaux habitus (Bourdieu, 1985) et met en place de nouvelles mutations et articulations sociales, comme ces nouvelles formes de participation et d’engagements politiques en ligne et hors ligne d’après Clément Mabi et Anaïs Theviot (2014), ou ces solidarités fragilisées, dans le sens d’Armand Mattelart (2009).

En bref, ce colloque international se situe dans le prolongement des études sur les nouvelles formes de participation et d’engagements politiques en ligne et hors ligne (Mabi, Théviot, 2014), sur le rôle de l’Internet dans le renforcement des populations ou minorités fragilisées (Thoër, C, Levy, J.-J., 2012) et sur les solidarités diasporiques (Mattelart, 2009).

Toute autre proposition en rapport avec cette thématique sera la bienvenue.

DATES IMPORTANTES

Les contributions sont à envoyer aux trois responsables scientifiques :

Ces contributions sont attendues avant le 15 mars 2017. Elles seront évaluées par un comité scientifique en double aveugle.

Le colloque aura lieu le vendredi 16 juin 2017 de 9h00 à 18h30 à l’IUT de Montreuil – Université Paris 8.

Le colloque débouchera sur une publication des actes de colloques des communications retenues. Les propositions ne doivent pas avoir plus de 11000 mots. La participation aux frais de publication est fixée à 65€ par la revue Questions de communication et/ou Communication, technologies et développement.

CONSIGNES AUX AUTEURS

La communication et/ou l’article qui en découle doit compter 11.000 mots au maximum. Il doit impérativement suivre les instructions aux auteurs de la revue : http://frencjournalofmediasresearch.com/index.php?id=222